Comment faire une préparation microscopique ?

La préparation de l’échantillon pour le microscope est une étape essentielle pour une observation réussie.

Le processus de préparation approprié dépend toujours du spécimen et doit tenir compte du type de détails à observer.

Il faut savoir si l’on regarde un échantillon vivant ou mort, si l’on veut voir l’ensemble de l’échantillon ou seulement une partie, et si des colorations seront nécessaires pour mettre en évidence une caractéristique particulière.

Il est également important de connaître la durée de l’observation car cela détermine s’il sera nécessaire d’hydrater l’échantillon pour éviter qu’il ne se dessèche.

Si nous connaissons les réponses à ces questions, nous saurons comment préparer un échantillon avec le bon contraste pour observer les caractéristiques et les détails qui nous intéressent.

Outre une bonne préparation, il est également indispensable de disposer d’un microscope avec le grossissement nécessaire pour observer les détails en question.


L’explication de cet article suppose que l’on s’intéresse à une observation par microscopie à lumière transmise. Dans ces cas, la lumière du microscope traverse l’échantillon et pour cela, il est nécessaire de préparer l’échantillon avec une épaisseur minimale.

Si l’épaisseur de l’échantillon est trop importante, il n’y a pas assez de lumière qui le traverse et les détails restent obscurcis.

Ce type d’observation est l’un des plus courants et nécessite de préparer un échantillon sur la lame. C’est le type d’observation utilisé pour les spécimens biologiques, qu’ils soient vivants ou morts.

Une observation alternative est celle des microscopes à lumière réfléchie. Dans ce cas, la lumière atteint l’échantillon et est réfléchie vers l’oculaire, à travers lequel on peut l’observer. Ce type d’observation est utilisé pour observer des matériaux tels que les surfaces métalliques.


Matériel nécessaire à la préparation de l’échantillon

La première étape avant de commencer à préparer un échantillon est de s’assurer que vous disposez de tout le matériel dont vous aurez besoin. Cela comprend toujours une lamelle et un lamelle couvre-objet. Selon le type d’échantillon, vous aurez également besoin d’une pince à épiler pour le manipuler.

Dans la plupart des cas, vous aurez également besoin d’une pipette pour hydrater l’échantillon et probablement d’un colorant et de papier absorbant.

Diapositive

La lame est un petit morceau de verre mesurant environ 76 x 26 mm et d’une épaisseur comprise entre 1 et 1,5 millimètre. Sa fonction est de servir de support à l’échantillon car c’est sur lui que l’on va placer le spécimen que l’on veut observer.

Il est important de manipuler le toboggan avec précaution car ses bords tranchants peuvent parfois provoquer des coupures. Pour éviter les blessures, des toboggans avec des coins rectifiés sont disponibles.

Il existe deux types de diapositives. Les glissières les plus courantes sont complètement plates des deux côtés. Ces lames conviennent si aucune quantité d’eau particulière n’est nécessaire pour immerger l’échantillon.

Il existe également des toboggans avec une cavité concave, également appelés toboggans excavés. Ces lames sont adaptées pour contenir une plus grande quantité de liquide et servent à maintenir l’échantillon hydraté pendant une plus longue période. Ils sont également adaptés à l’observation d’échantillons plus grands et ne nécessitent pas l’utilisation de lamelles.

Feuillets de couverture

La lamelle couvre-objet est également un petit morceau de verre dont les dimensions sont inférieures à celles de la lame. La lamelle a une forme carrée avec un côté entre 18 et 20 millimètres et une épaisseur entre 0,13 et 0,17 mm.

Lisez aussi :  Comment nettoyer un microscope ?

En raison de sa très faible épaisseur, le coverslip est un élément extrêmement fragile et doit donc être manipulé avec précaution.

La fonction de la lamelle est de maintenir l’échantillon en place et de le protéger de la contamination. En outre, il s’agit également d’une mesure de protection pour éviter que la lentille de l’objectif n’entre en contact avec l’échantillon.

Pendant la préparation de l’échantillon, il est habituel d’ajouter quelques gouttes d’eau sur l’échantillon. Le fait de placer la lamelle sur ces gouttes d’eau aplatit le liquide et facilite la mise au point sur le plan de l’échantillon.

Pipette

La pipette est un instrument de laboratoire qui permet de mesurer et de distribuer un liquide avec une grande précision. Dans le domaine de la microscopie, il est utilisé pour placer la quantité appropriée de liquide sur l’échantillon pour l’hydrater ou simplement pour placer une quantité limitée de liquide contenant l’échantillon sur la lame.

Taches et papier absorbant

La coloration est l’un des moyens utilisés pour mettre en évidence certaines caractéristiques spécifiques de l’échantillon observé. Il existe un grand nombre de techniques de coloration et leur utilisation dans chaque cas dépend de l’échantillon observé.

Les procédés de coloration utilisent des colorants et des teintures qui sont mélangés à l’échantillon pour révéler des structures qui, autrement, resteraient invisibles.

Une distinction importante est faite entre la coloration in vivo, qui comprend les techniques de coloration des cellules vivantes, et la coloration in vitro, qui fait référence aux techniques de coloration des cellules mortes.

Lorsque l’on utilise des colorants, il est courant d’utiliser également du papier absorbant pour se débarrasser de tout excès de colorant sur la diapositive.

Étapes de la préparation d’un échantillon

Il existe deux méthodes de base pour préparer un spécimen pour la microscopie : la préparation fraîche ou humide et la préparation sèche.

Préparation fraîche

La préparation fraîche est idéale pour l’observation des micro-organismes ou des tissus biologiques qui nécessitent une hydratation.

  • Si l’échantillon est liquide, placez quelques gouttes de l’échantillon au centre de la lame à l’aide d’une pipette.
  • Si l’échantillon est solide, déposez d’abord quelques gouttes d’eau distillée ou de solution saline sur la lame, puis un fragment de l’échantillon à l’aide d’une pince.
  • En tenant la lamelle sur deux côtés, nous plaçons l’autre côté de la lamelle sur la lame de façon à former un angle d’environ 45 degrés.
  • Nous pouvons ensuite relâcher délicatement la lamelle de manière à ce qu’elle repose sur le liquide que nous avons déposé précédemment (cette procédure évite la formation de bulles dans l’échantillon). Si des bulles sont apparues entre la lame et le couvre-objet, la procédure ci-dessus doit être répétée).
  • S’il y a un excès de liquide autour de la lamelle, il peut être enlevé avec du papier absorbant.

Les préparations fraîches maintiennent l’hydratation pendant une période d’environ 30 minutes.

S’il est nécessaire de maintenir l’échantillon hydraté pendant une période plus longue, les bords de la lamelle peuvent être scellés avec de la vaseline. Dans ce cas, l’évaporation du liquide est empêchée pendant quelques heures, voire quelques jours.

Préparation à sec

La préparation sèche est idéale pour les échantillons qui ne nécessitent pas d’hydratation. Il peut s’agir, par exemple, d’un cheveu, de grains de pollen, de spores, d’échantillons de plantes, d’insectes, etc.

  • Si l’échantillon est totalement opaque, la première étape consiste à couper une section très fine de l’échantillon. Cela permettra de l’observer au microscope en lumière transmise.
  • Placez la section coupée au centre de la lame à l’aide d’une pince. Si l’échantillon a un certain volume, il est conseillé d’utiliser une lame avec une cavité concave.
  • Pour maintenir l’échantillon en place, nous le recouvrons d’une lamelle. Cela évite également que l’objectif ne touche l’échantillon en cas d’erreur lors de la manipulation du microscope.
Lisez aussi :  Comment utiliser un microscope ?

L’avantage des échantillons secs est qu’ils ne présentent aucun problème de déshydratation et peuvent être conservés pour une observation ultérieure.

Préparation avec coloration

Il existe différentes techniques de coloration adaptées à différents types d’échantillons.

Si nous avons préparé un échantillon frais, nous pouvons appliquer une coloration en suivant les étapes ci-dessous :

  • Placez quelques gouttes de colorant sur un bord de la lamelle.
  • Placez du papier absorbant sur le côté opposé de la lamelle pour forcer le colorant à se déplacer à travers l’échantillon.
  • Une fois que l’échantillon a absorbé le colorant, retirez le papier absorbant.

Les colorants sont utilisés pour augmenter le contraste et faciliter l’observation de détails spécifiques de l’échantillon. Il existe des colorants de différentes couleurs et caractéristiques qui conviennent à différents types d’échantillons.

Échantillons préparés

Le principal objectif de la préparation d’un échantillon est de le protéger contre une éventuelle dégradation et perte de propriétés pendant le temps d’observation.

Dans certains cas, l’échantillon nécessite un certain niveau d’hydratation et peut être maintenu dans les conditions appropriées pendant quelques minutes seulement. Dans le cas d’échantillons secs, la préparation peut être conservée en l’état pendant des années et l’observation ultérieure peut être effectuée à nouveau si nécessaire.

Il existe également des procédures pour fixer et maintenir d’autres types d’échantillons afin qu’il ne soit pas nécessaire de les maintenir hydratés s’ils doivent être observés plusieurs fois.

Ces échantillons peuvent être achetés dans leur état préparé et sont particulièrement utiles à des fins éducatives.

Les échantillons préparés comprennent souvent des échantillons d’articles qui seraient autrement difficiles à obtenir. Par exemple, des tissus animaux, des cellules, des bactéries, etc.

En obtenant des échantillons qui ont été préparés par des professionnels, on s’épargne les processus laborieux qui seraient nécessaires pour pouvoir faire une observation. Ces types d’échantillons sont parfaits pour accéder aux observations qui nécessitent des préparations à l’aide d’un équipement de laboratoire professionnel qui n’est souvent pas à la portée des amateurs.

Découvrez une préparation microscopique en vidéo

Découvrez mes différents guides

Découvrez nos autres tests & comparatifs...
Comment utiliser un microscope ?
Comment utiliser un microscope ?

Dans cet article, vous apprendrez à utiliser correctement le microscope, une compétence de base pour tirer le meilleur parti de Lire plus

Les différentes parties du microscope
parties microscope

Les pièces d'un microscope peuvent être classées en deux catégories : celles qui appartiennent à son système mécanique et celles Lire plus

Comment nettoyer un microscope ?
Comment nettoyer un microscope

Le nettoyage d'un microscope est l'un des aspects essentiels de l'optimisation de la durée de vie de l'instrument. Un nettoyage Lire plus

thomas

Je m'appelle Thomas et je suis passionné par l'observation du monde invisible qui nous entoure. J'ai créé ce site pour vous partager mes conseils en tant qu'ancien chercheur. À travers ce blog je vous partage toutes les informations pour comparer les modèles de microscopes selon votre envie et budget.

Comparatif microscopes